Surconsommation dans le Zéro Déchet : ce que je n’achèterais pas ou que je regrette d’avoir acheté


Low Impact / mercredi, février 19th, 2020

Partout sur les réseaux sociaux on nous fait la promotion d’objets zéro déchet qui vont changer notre vie. On voit aussi de plus en plus de petites marques se lancer dans ce secteur, avec toujours les mêmes items qu’on voit partout ailleurs. Alors certes, de nombreux produits aident réellement à réduire le plastique à usage unique dans notre vie (notamment les gourdes ou les sacs à vrac…) mais ils ne sont pas tous indispensables. Vous n’avez pas besoin d’acheter quoi que ce soit pour passer au zéro déchet. C’est même plutôt l’inverse. Pour moi, réduire ses déchets s’inscrit dans une marche de simplicité volontaire, de consommation plus responsable. Parce que, surconsommer des produits écolos, c’est quand même surconsommer. Du coup, avant d’acheter les yeux fermés un nouvel article estampillé « zéro déchet » censé révolutionner votre vie quotidienne, il y a quelques questions à se poser, avec en tête toujours la pyramide des 5 « R » : Refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter (Rot en anglais).

Les questions à se poser

Dans un premier temps, demandez-vous si vous en avez VRAIMENT besoin. Et si la réponse est oui, avez-vous à la maison quelque chose qui pourrait faire le job ? Je pense par exemple aux bocaux. Si vous achetez de temps en temps des conserves en verre, au lieu de les envoyer au recyclage, utilisez-les pour stocker vos produits en vrac ou pour garder vos restes au frigo ou au congélateur. Ça fonctionne très bien, c’est résistant, se nettoie facilement et ça ne coûte RIEN. D’ailleurs, de nombreuses boutiques en vrac mettent à la disposition des clients des bocaux propres, gratuitement. Ils sont en général apportés par d’autres clients (ça peut être une autre façon de recycler ceux dont vous ne vous servez pas).

Et puis, si vous devez vraiment acheter quelque chose, pouvez-vous le trouver d’occasion ? Le marché du zéro déchet s’est tellement développé, qu’on en est arrivés à surconsommer ces produits pourtant censés nous durer une vie entière… On opte pour le nouveau modèle de boîte à repas, on se lasse de la couleur de notre gourde, on se fait offrir un énième kit de coton démaquillants… Vous voyez où je veux en venir ? Vous pouvez donc maintenant trouver pas mal de ces objets classiques sur les sites de revente en ligne. Vinted par exemple, regorge d’annonces de pailles en inox, de sacs à vrac ou encore de Mason Jars.

Mon expérience

Voici maintenant les trucs « zéro déchet » que je n’achèterais pas, ou que je regrette d’avoir acheté. Parce que non, je ne suis pas parfaite (je sais, c’est un choc… haha) et je me suis laissée avoir plusieurs fois aussi. Evidemment, ce n’est que ma propre expérience. Si vous avez acheté l’un de ces produits et que vous l’utilisez vraiment, tant mieux pour vous ! D’ailleurs, dites-moi en commentaires si vous êtes d’accord avec ma liste ou pas ! NB : j’ai utilisé des photos de marques ou sites seulement pour illustrer, mais je n’ai rien contre ces marques là en particulier.

1. Ce que je n’achèterais pas.

Des pochettes en silicone

Crédit photo : Aliexpress

Ce truc-là, je le vois partout sur Instagram. C’est la version « zéro déchet » du sac de congélation type Ziploc. Pour stocker vos restes au frigo ou au congélateur, ou pour emporter avec vous, vous pouvez simplement utilisera des bocaux ou des Tupperware (vous savez, ceux en plastique que vous avez déjà, et qui semblent increvables, UTILISEZ LES). Et puis, si jamais vous achetez des produits surgelés en magasin (oui, ça peut dépanner), et bien… ils viennent déjà emballés. Donc, je ne comprends pas vraiment l’utilité de ces sacs en silicone.

Des couverts de voyage

J’ai hésité à acheter ces petits couverts en bambou ou en inox pendant un moment… « C’est quand même pratique quand on prend une lunch box avec nous » me disait-je. Et puis, Monsieur à commencé à se préparer des lunch box pour ses déplacements et a pris une fourchette, un couteau et une cuillère de la cuisine. Et ça bien fait l’affaire. Je suis contente de ne jamais avoir dépensé de l’argent là-dedans. En plus, Monsieur a déjà perdu/oublié un set sur la route… Ça m’aurait vraiment embêté d’avoir perdu un kit qui peut coûter jusqu’à 17€ (c’est le prix chez MonBento).

Une étiqueteuse pour les bocaux

Crédit photo : Dymo

Là aussi, j’ai longuement cherché sur le net pour m’équiper d’une étiqueteuse Dymo. C’est vrai, ça fait classe les petites étiquettes noires sur les bocaux. Sauf qu’en fait, ça fait une machine de plus (pas énorme, certes, mais qui prendra de la place dans un tiroir quand même), avec des rubans en plastique à racheter de temps en temps… Alors, on a opté pour une solution plus simple, plus économique et tout aussi efficace : un Posca blanc. C’est un feutre qui écrit sur tous les supports, donc pas de problème pour écrire sur le verre ou les couvercles en métal, et qui s’efface simplement en frottant avec une éponge. Et voilà, l’affaire est dans le sac (enfin, dans le bocal du coup… oui, j’aime l’humour).

De l’essuie-tout lavable

J’ai vu débarquer dans des boutiques ZD l’essuie-tout lavable, sous forme de rouleaux. Ce sont des sortes de grands carrés démaquillants enroulés sur eux-même pour ressembler à un rouleau classique. Je n’ai jamais compris le concept. Je n’utilise plus de Sopalin depuis plusieurs années. J’ai juste arrêté d’en acheter du jour au lendemain, et ça ne m’a jamais manqué. Et si je renverse quelque chose ? J’ai un éponge lavable. Et si je veux essuyer quelque chose ? J’ai des torchons. Et si je veux me moucher ? J’ai des mouchoirs lavables. Bref, pour moi c’est NEXT.

2. J’ai acheté et je regrette…

Trop de carrés démaquillants

Crédit photo : Zerodechet.shop

J’ai voulu tester ceux en bambou, ceux en coton bio, ceux en eucalyptus… Au final, j’ai une dizaine de carrés lavables dans un tiroir, et je n’en utilise… que deux. Je me maquille assez peu (seulement les yeux) et pas tous les jours, deux carrés me suffisent amplement. A chaque utilisation, je rince mon carré abondamment à l’eau claire, le laisse sécher sur le bord de mon évier ou sur le sèche-serviettes, et je le réutilise plusieurs fois. Quand il est un peu trop taché, je le met dans le bac à linge sale et j’utilise un deuxième. Et vu que je fais une machine à laver par semaine, deux cotons me suffiraient. Du coup, j’ai assez de carrés lavables pour un bon bon bon moment !

Des pailles en inox

Nous avons 3 pailles en inox à la maison. En 2019, je crois avoir utilisé une paille à peu près 5 fois. Et j’aurais très bien pu faire sans.
Et quand je sortais avec ma paille dans mon sac, si je demandais à ne pas avoir de paille pour ma limonade ou mon thé glacé au bar/café… Une fois sur deux le serveur oubliait et m’apportait une paille jetable quand même. Et là encore, j’aurais tout simplement pu boire sans paille.

Des bocaux

Crédit photo : Ikea.com

Nous avons commencé à acheter en vrac avec des bocaux que nous avions trouvé d’occasion. Jusque là, tout va bien. Mais très vite, on a eu besoin de plus de bocaux pour faire nos courses. En bonne consommatrice que je suis (j’étais ?), j’ai filé à Ikea acheter plusieurs bocaux supplémentaires, tous neufs.

Et puis, au fil du temps, j’ai eu besoin de toujours plus de bocaux, mais cette fois j’ai commencé à récupérer les pots en verre des conserves, de miels, de yaourts… Alors, nos étagères de bocaux ne sont plus super instagrammable-friendly avec tous les formes et tailles différentes, mais ça fonctionne très bien comme ça.

Une coupe menstruelle (cup)

Ca va être simple : j’ai acheté, j’ai essayé, ce n’est pas pour moi. Je ne sais pas pourquoi, mais je n’ai jamais réussi à la mettre en place. C’est peut-être le modèle qui ne me convient pas, ou moi qui suis trop stressée. Mais vu le prix de la bête, je n’ai pas très envie d’investir dans une collection de cups, qui ne me satisferont peut-être pas non plus. Depuis, j’utilise des culottes menstruelles (avec des tampons en coton bio les jours les plus abondants, Police du ZD, arrêtez-moi…) et tout va bien. C’est ce qui me convient.

Des serviettes périodiques lavables

Crédit photo : Plim

Là aussi, avant de connaître les culottes menstruelles, j’ai voulu essayer cette révolution que semblait être la serviette périodiques lavables. Echec total. Le modèle que j’ai choisi n’est pas confortable, ça bouge, les pressions sont trop grosses et inconfortables (tout juste à l’endroit où on a pas envie que ça fasse mal, vous voyez ?), ou alors elle se plie en deux dans le sens de la longueur… Je vais pas vous faire un dessin, c’est un gros fail pour moi. Là encore, je pourrais tester d’autres marques, mais mon porte-monnaie n’a pas trop envie de prendre le risque.

Et vous, quels sont les produits Zéro Déchets que vous j’achèterez jamais ? Et ceux que vous regrettez d’avoir acheté ? Dites-moi en commentaires !

Cet article vous a plu ? Epinglez-le !

A lire également :

Tendre vers le zéro déchet : les bases.
Réduire ses déchets : faire ses courses comme un pro !
Réduire ses déchets dans la salle de bain
Réduire ses déchets dans la cuisine

Sharing is caring
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réponse à « Surconsommation dans le Zéro Déchet : ce que je n’achèterais pas ou que je regrette d’avoir acheté »

  1. Salut Lolita, article très intéressant, je suis en phase avec toi sur les produits que je n’achèterai pas non plus, les sacs congel, j’en ai plein et franchement, si c’est sale, je les lave à l’eau savonneuse en même temps que je fais la vaisselle et voilà, ça dure hyper longtemps. Les couverts de voyage, je ne comprends pas non plus, pour le boulot ou un weekend, et bien, je prends des couverts de la maison aussi, franchement, je ne comprends même pas le principe.
    L’étiqueteuse, il se trouve que j’avais complètement oublié que j’en avais rapporté une neuve d’un ancien boulot, je l’ai retrouvée en déménageant et lui ai donc trouvé une utilité mais sinon, je fais simplement avec un rectangle de papier, un feutre et un bout de scotch, tadaaaa
    Bon, l’essuie-tout, je suis encore mauvaise élève, je n’arrive pas à m’en défaire.

    Pour les autres produits, ma maman m’avait donné un carré lavable car elle en avait acheté un pour elle et aussi mais j’avoue que j’ai du mal au niveau de la prise en main donc quand j’ai abandonné les lingettes pour les pattes de Jesse quand on rentre de sortie/promenade et que je lui ai acheté des gants en coton (bio), je me suis dit,et bien je vais en prendre pour moi aussi ! Chacune sa couleur pour ne pas les mélanger ensuite :-p Et je trouve nettement plus pratique, j’utilise un côté par jour, je me nettoie le visage tous les soirs que je sois maquillée ou non donc j’ai un carré lavable et 2 paires de gants (c’est toujours vendu par 2) car je fais une lessive en moyenne tous les 10 jours.
    Les bocaux, j’en ai acheté chez Ikea après m’être « ruinée » pour 2 ou 3 bocaux chez Le Parfait xD Mais depuis j’achète beaucoup plus de conserve en verre donc je recycle les pots de compote, confiture, miel, pâte à tartiner bio, j’en ai plein !!
    Pour les protections périodiques, pour le moment je suis encore sur du traditionnel car la cup ne me tente pas du tout, il faudrait que je teste les culottes menstruelles mais j’ai tellement peur que ça fasse couche et que la sensation me dérange, je n’ai pas porté de serviettes (jetables) depuis plus de 15 ans, j’ai du mal à franchir le pas.
    J’ai une paille en inox, je m’en sers quand je me fais des boissons maison l’été mais on peut très bien s’en passer et par contre, je voudrais me trouver UNE paille en verre plus large pour les smoothies mais c’est toujours vendu en lot, grrrr
    Sinon, sur ton IG, quelqu’un avait parlé de l’oriculi, j’en ai un et je trouve que ça remplace bien le coton-tige, il faut juste s’y faire au début mais comme entendu un jour dans une émission, on a… l’auriculaire, qui, et bien, sert à ça, il a la taille justement approprié, certains trouvent ça sale mais bon suffit de se laver le doigt hein xD Economique au moins !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *