Slow Living : et si l’automne était le meilleur moment pour vous y mettre ?


Bien-Être / mercredi, octobre 31st, 2018

L’automne est arrivé. Techniquement depuis plus d’un mois, mais le ciel et le thermomètre nous laissaient penser que l’été ne finirait jamais. Et puis cette semaine, la pluie est arrivée, la neige même à certains endroits, et les températures ont brusquement chutées. Beaucoup s’en plaignent et voient l’automne et l’hiver comme des « mauvaises saisons », mais c’est avant tout dans la tête : ceux qui se plaignent du froid et de la pluie sont aussi ceux qui se plaignent de la chaleur de l’été, vous avez remarqué ? Alors, au lieu de vivre la fin de l’année comme une punition, sachez en apprécier ses qualités.

Souvent, le début de l’automne est mal vécu, car l’énergie redescend, de la même manière que les feuilles commencent à tomber des arbres, ou que le soleil se couche de plus en plus tôt. Beaucoup accueillent cette baisse de vitalité comme un échec. Il faudrait plutôt la voir comme le témoin d’une nouvelle phase qui commence : l’automne est bien là et son influence nous pousse à ralentir. C’est le moment idéal pour un peu d’introspection, pour faire le point dans sa vie et ajouter un peu de calme a son quotidien.

Même si le principe du Slow Living s’applique à toutes les saisons, le début de l’automne est le bon moment pour vous y intéresser et peut-être mettre en place des rituels et habitudes qui vous suivront les mois à venir.

« Ce n’est pas parce que l’on vit à 100 à l’heure que l’on vit à 100% »

Cindy Chapelle, sophrologue

C’est même plutôt le contraire. En ayant la tête dans le guidon, vous passez à côté de ce qui vous anime réellement et des petits moments de bonheur que vous ne voyez plus (ou que vous ne vous autorisez peut-être même plus). Selon une étude de l’ObSoCo (l’Observatoire Société et Consommation)80% des Français estiment que le rythme de vie dans la société actuelle est trop rapide. Alors, au lieu de vous laisser emporter par le courant, de laisser le stress et l’anxiété s’installer en risquant le burn-out, prenez dès aujourd’hui la décision de ralentir.

Le mouvement est né dans les années 80 en Italie grâce à un journaliste gastronomique, Carlo Petrini. Pour contrer le phénomène grandissant du Fast Food, il a lancé le Slow Food dans le but de défendre les traditions régionales, la bonne nourriture, le plaisir gastronomique et un rythme de vie lent. Depuis, la Slow Life s’est développée dans tous les domaines : on parle aujourd’hui de Slow Tourism pour les voyages, de Slow Management au travail, de Slow Cosmétique pour les produits de beauté, de Slow Sexe et bien d’autres. La Slow Life est devenu un vrai style de vie avec des valeurs fortes comme l’authenticité, le respect (de soi, des autres, de la nature), l’amour, le partage…

Opter pour un mode de vie Slow, c’est avant tout s’ancrer dans le moment présent, redéfinir ses priorités et privilégier la qualité plutôt que la quantité.

Lâcher prise

Allons droit au but : il va falloir commencer par accepter que vous ne puissiez pas tout contrôler. It’s a tough one, je sais. On a tous 24 heures dans une journée, et c’est ce que vous en faites qui compte. Au travail, comme à la maison, arrêtez de courir partout en enchaînant les tâches comme un robot. Vous devez accepter vos limites et de ne pas pouvoir être partout, prendre conscience que tout ne dépend pas que de vous.

Essayez de regarder objectivement votre vie : constatez ce qui va bien et moins bien, ce qui marche ou ne marche pas, prenez conscience de votre niveau de stress, calculez le temps que vous accordez à vos priorités, ciblez les tâches les plus chronophages et évaluez leur importance. Puis dressez la liste des changements que vous souhaitez mettre en place : plus de temps pour prendre soin de vous, plus de disponibilité pour votre partenaire ou vos enfants, moins de stress au travail, moins de bougonnements, moins de procrastination…

Réfléchissez à des solutions pour chaque point à améliorer : Vous pouvez par exemple repenser votre organisation au travail, demander et accepter de l’aide dans les tâches ménagères à la maison (et accepter qu’elles ne soient peut-être pas faites à la perfection, soyez flexibles et acceptez que tout ne sera pas toujours aussi parfait que vous le souhaitez), vous fixer des limites, vous autoriser des moments de repos (Pourquoi ne pas tester le Fredagsmys ? Je vous en parle ici)…

Plus de bien-être

Il n’y a pas de miracles. Si vous souhaitez vous sentir mieux, vous allez devoir vous écouter. De nombreux exercices peuvent vous aider à vous reconnecter à vous-même, comme la sophrologie ou la méditation.  Pour profiter au maximum des bienfaits de ces pratiques, vous allez devoir dégager du temps pour vous. La méditation demande du calme et de la rigueur, et si c’est compliqué de vous y mettre seul à la maison, je vous conseille de le faire à l’extérieur, dans des cours collectifs par exemple. Mais vous pouvez aussi seulement prendre le temps de savourer des petits moments simples : éplucher les légumes ou regarder le ciel en pleine conscience par exemple.

Sur ce chemin vers le bien-être que vous allez emprunter, n’oubliez pas d’être bienveillant envers vous-même. Ne voyez pas ces temps de détente comme du temps perdu, mais bien comme une pause précieuse qui vous aidera a y voir plus clair le reste de la journée et dans le futur.

Pensez-vous avoir besoin de ralentir ? Quelles sont les difficultés que vous rencontrez ? Quels exercices fonctionnent le mieux pour vous ?
Discutons en commentaires !

Dans le super guide de Cindy Chapelle, sophrologue, auteure du blog La Slow Life et hôte du podcast du même nom, vous trouverez de nombreux conseils sur le lâcher-prise, des astuces pour vous organiser et gagner en efficacité et des exercices de méditation. Téléchargez gratuitement « 3 clés indispensables pour intégrer la Slow Life dans votre quotidien » ici. Ce guide m’a beaucoup aidé à rédiger cet article et j’espère qu’il vous aidera vous aussi, dans votre quête du bonheur.

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2019 Hej, Mercredi !
Sharing is caring
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 réponses à « Slow Living : et si l’automne était le meilleur moment pour vous y mettre ? »

  1. Perso j’adore l’automne, c’est une petite période cocooning qui débute (je fais en général très attention sur le plan de l écologie, mais mon petit moment bien-être demeure les bains en cette période, je m’en prends un quelques soirs par semaine (surtout en rentrant-crevee^^- du boulot et lorsqu’il fait très froid dehors. En mode slowlife aussi, j’essaie de l’intégrer de plus en plus ds ma vie (et rééquilibrer avec notre société de consommation/travail en mode fast life.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *